Dunkerque 2019 et classements à l’issue des qualifications 2018-2019

Et c’est reparti ! Cette fois, c’est à Dunkerque : la troisième et dernière épreuve qualificative pour les championnats de France Plumfoot, les 23 et 24 mars 2019, dans le très beau gymnase de Grand Large !

Vous avez dit « fighting spirit » ?

Quel programme avions-nous à proposer à l’équipe de Corsaire TV ? Au menu de cette édition, beaucoup de locaux avec au moins six équipes sur vingt, des doublettes inédites (from Paris to Puteaux, avec Théotime et Charlie, Marseille-Paris connexion avec Xavier et Yanis mais aussi du Puterque, voire du Dunkeaux : Etienne Gastineau et Maxence Behague!), des premières inscriptions à une compétition de plumfoot. Avec une forte mobilisation de bénévoles pour la buvette, Morice et Mélanie à la baguette, un COC (Comité d’Organisation des Compétitions) au taquet et Marie-Christine, notre naturopathe préférée, à fond les ballons, tout semblait se présenter sous les meilleures auspices.

Sous les feux des projecteurs, Vincent et Laurent Chapelet, les deux brothers de Dunkerque, encore une fois réunis en double. Après avoir fini premiers de leur poule et s’être départis d’Etienne Sèche et Joris en huitièmes de finale, les Dunkerquois devaient retrouver, en quarts de finale… Jérémy et Binh de Puteaux. Malgré le premier set remporté à l’arrachée et un public conquis, les deux frères ne purent tempérer les ardeurs des deux Putéoliens. Victoire de ces derniers 20-22, 21-17 et 21-12. C’était un autre originaire de Dunkerque qui attendait donc la fratrie pour la troisième place du podium : Maxence, accompagné d’Etienne de Puteaux ! Ces deux derniers remportèrent le duel et Maxence et Etienne finirent dans le tiercé gagnant.

Quelques minutes avant, dans l’autre demi-finale, d’étranges choses se déroulaient. En effet, l’arbitrage avait décidé d’une politique « dure » sur la question de l’alternance des services en double : quand l’équipe faisait une erreur, cela entraînait immédiatement une faute : perte d’un point et du service ! Tant et si bien que, dans l’opposition entre Yanis et Xavier versus Etienne et Maxence, le point de la victoire fut accordé aux premiers sur… une erreur de service des seconds ! Drôle d’impression que de voir un tel match se terminer de la sorte, bien que cela n’enleva d’aucune manière le mérite aux vainqueurs !

Place à la finale : Binh et Jérémy contre Yanis et Xavier. Il faut bien le dire, ce fut un sacré match, qui plus est commenté par Jean-Michel Carré et Titi Sèche sur France Plumfoot TV ! Après avoir remporté la première manche 21-18, Yanis et Xavier comprenaient le sens de l’expression « retour de bâton » : 21-13 pour Binh et Jérémy. Le troisième set se profilait et la tension montait dans le public, notamment entre les supporters de Puteaux et le coach de l’autre équipe, Anthony Nguyen. Nos équipes d’investigation n’ont pu avoir le fin mot de l’affaire mais il semble que l’enjeu était lié à des préférences à propos d’eau pétillante, quelque chose ayant trait à la plus ou moins importante finesse des bulles. Mystères du sport… troisième set, 19-18, sur un geste à priori anodin, Jérémy tombe. Un temps mort médical est pris, le joueur se relève mais la douleur le saisit lorsqu’il s’appuie sur sa cheville. Ce sont les derniers points et le Putéolien ne semble plus en mesure de continuer. 21-22, Puteaux sert… mais à qui est-ce de servir ? Binh ? Jérémy ? Jérémy ? Binh ? Le choix est fait et, hélas, la sentence tombe de la bouche de Huong, la seconde arbitre : faute de service ! Le match se termine comme la demi-finale, de la bouche de l’arbitrage. Etrange… et à méditer ! Première victoire de Yanis en qualification des championnats de France Plumfoot accompagné du briscard des podiums, Xavier ! Nos pensées vont également à Jérémy qui loupera, le lendemain, l’épreuve de simple, nous rejoignant en béquilles pour soutenir ses coéquipiers. Remets-toi bien et reviens-nous vite sur les terrains!

Oh la belle cuisse Yanis !

Dimanche matin, nous reprenons l’épreuve de simple. Alors qu’arrivent les joueurs à peine réveillés, Ayman avec 9 litres d’eau belge, une frange peu négligeable de joueurs dunkerquois et marseillais entrent encore … maquillés de la veille et, pour le coup, semblant ne pas avoir consommé que de l’eau pétillante – la question de la plus ou moins grande quantité de bulles ne semblant pas beaucoup leur importer ! La faute au carnaval dunkerquois qui, semble-t-il, pourrait se mesurer à celui de la Plaine, à Marseille ! Back to business : dans les poules, peu de surprises eu égard aux classements respectifs si ce n’est peut-être le mal avec lequel François l’emporta sur le jeune Alessandro : 28-26 au second set ! Pas de doute, le niveau monte à Dunkerque et nous ne parlons pas de celui de la mer !

En huitièmes de finale, Benjamin de Marseille prenait un set à Etienne Gastineau, Ali perdit de quelques points à peine contre Binh et Laurent, en trois sets, l’emporta sur Yanis – qui déclara ensuite forfait et repartit de plus belle voir s’il restait des perruques roses ! Les quarts de finale opposèrent ensuite Etienne contre Théotime (2 sets à 1), Binh contre Maxence (2 sets à 0), Laurent contre Kévin (2 sets à 0) et … François contre Ayman ! LE quart qui sentait la poudre, l’un des classicos de la plume française, la grignardise du filet contre la pharaonique patate jamais émoussée (think about that…) ! Premier set, 21-12 pour François. Sec, efficace, une gifle. Deuxième set, 21-16 pour Ayman. Et toc ! « Est-ce à notre intention, Monsieur, que vous mordez votre pouce ? » Troisième set, les échanges sont d’une intensité assez folle. 20-17 pour Ayman : trois balles de match. Et… c’est une victoire 24-22 pour François ! Gros coup dur pour notre Président qui se préparait depuis des semaines en simple pour l’occasion. Quelques minutes plus tard, empathique avant tout, le K-stor proposait alors à Ayman de prendre du recul et de ne pas jouer le match de reclassement qui devait l’opposer au mammifère poseur de barrages… mais la feinte ne prit pas et le K-stor tâta de la patate atomique rageuse (dont une dans la pommette, sympa l’ambiance) et n’y revint plus de sitôt.

Grignardise ?

Les demi-finales : François contre Laurent, un match qui commence aussi à tenir du classique ! Sèchement pris par François au premier set (21-11), Laurent se rebella au deuxième set pour l’emporter 21-13. La suite ? Un troisième set évidemment hautement disputé qui vit, cette fois, le Dunkerquois l’emporter 23-21 ! Pendant ce temps, l’élite putéolienne se retrouvait et Binh faisait parler son toucher hallucinant contre l’actuel champion de France : 21-8, 22-20 pour Binh ! Ensuite, et malheureusement pour le public dunkerquois, la finale fut à sens unique : Binh l’emporta en deux sets, étalant sa grâce et son sens du jeu devant les supporters du Nord quelque peu écoeurés. L’adversaire était juste trop fort pour Laurent mais nul doute qu’il n’en sera pas toujours ainsi ! Bravo en tout cas à Binh qui ne concéda aucun set à ses adversaires du jour !

Quelques secondes après la remise des trophées, Vincent prit la parole et demanda aux quatre Marseillais de se joindre à lui : au nom de l’amitié entre les deux clubs de Dunkerque et de Marseille, pour remercier les Sudistes d’avoir fait un aussi long voyage, le club de FMDK fit don d’un magnifique trophée à l’effigie de Jean Bart, fameux corsaire dunkerquois du XVIIe siècle et figure populaire de la ville ! Un grand merci à vous les Dunkerquois pour cette magnifique compétition, cette très belle organisation et cette générosité sur et hors les terrains qui vous caractérise tant !

Jean Bart met les voiles à Marseille !

Et voici dorénavant les classements finaux (en couleur, les qualifié.e.s direct.e.s), à l’issue de cette très belle saison. Pour la qualification aux championnats de France Plumfoot, seuls comptent les points glanés lors de la saison (hors PTS donc). Une fois le lieu et la date connus, le Comité d’Organisation des Compétitions contactera les joueurs et les joueuses pour les convier aux championnats.

D’ici là, entraînez-vous bien et à très vite à l’Open de France à Marseille (20 au 22 avril 2019) ! Et merci à Toki pour les photos !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *